Françoise BOGARD

> Artiste peintre - abstraction et art numérique

 
 
 
email : cliquez ici
site : bogardpeintures.info
Petites Annonces
Entrelacs 187 - 2011 - 100x100cm - Toile
Entrelacs 45.1 - 2012 - 100x100cm - Toile
Entrelacs 186 - 2012 - 100x100cm - Toile
Entrelacs 147 - 2011 - 100x100cm - Toile
Entrelacs 189 - 2011 - 120x70cm - Toile
Entrelacs 161 - 2011 - 100x70cm - Toile
Traces 200 - 2012 - 100x100cm - Toile
Entrelacs 215 - 2012 - 100x100cm - Toile
Entrelacs 251 - 2012 - 100x100cm - Toile
Entrelacs 214 - 2012 - 100x100cm - Toile

Présentation

Miles Davis disait " Je le joue, je vous expliquerai ensuite. " Pourquoi raconter la vie de manière linéaire ? S’il est un sujet consensuel, c’est bien celui de la vie comme effervescence, comme conflictualités, comme fugacité. Laisser chacun voir ou plutôt ressentir d'abord. Pourquoi opposer l’abstrait et le concret : l’un et l’autre ne se fondent-ils pas ? L’univers est mathématique mais nous ne le voyons pas comme tel ; nous savons que la terre est ronde, mais où voit-on sa courbure ? Nous savons que le soleil ne « se lève » pas, mais nous faisons comme si … L’homme aujourd’hui a accumulé une masse de savoirs qui ne font jamais somme ; il s’est doté de quantité d’instruments qui lui permettent de lire la réalité derrière le réel. L’art est certainement une expérience du monde, mais par ses étincelles, par ses éclats … Pas d'histoires ! Seulement des fragments, des ébauches, des clins d'oeil, des regards amoureux, des sonorités, des caresses …Qu’est-ce que le paysage pour le coureur de formule 1 ? Qu’est-ce que le ciel pour l’astrophysicien ? Comment « rendre » les sensations d’un travailleur enchaîné à son marteau-piqueur ? Comment peindre les infiniments – petits ou grands – qui sont là sans se donner à voir autrement que par intermittences ?L’artiste ne renonce nullement à sa pensée, sa mémoire, pour n’être que perception. C’est au mouvement de la vie que je m’intéresse, dans ce qu’elle a de plus fugitif, de rare, et pourtant de riche et d’enveloppant. Un accueil dans l’intime d’une matière où la délicatesse et la force se conjuguent pour composer un univers improbable. Loin du sujet figé, loin de la représentation qui veut inviter à penser ou à reconnaître, elle nous offre des instantanés, ces petits plis de l’existence, ces entrelacs, ces traces, ces froissements dans lesquels la personne se déploie tout entière. Comme elle nous y invite, laissons-nous envahir par ces moments où le sentiment de plénitude rejoint sans l’abolir la fugacité de l’instant. «Etre artiste, c'est donner forme à ce que l'on pense, ce que l'on sait et ce que l'on sent » dit Art Spiegelman. Certains ajouteraient « au risque de s’y perdre » mais s’y perd-on vraiment ? Ou alors, peut-être, comme ce peintre chinois de la légende qui trouva son tableau si merveilleux qu’il y entra ! Françoise BOGARD