Philhelm

> Artiste peintre 

92 rue Mélanie
67000 STRASBOURG (France)
0388311010
email : cliquez ici
site : www.philhelm.info
Petites Annonces
B99- LAISSE-LE, LUI QUI CROIT EN TOI, NE PAS SE COUVRIR DE HONTE, Oh NABU LAISSE-LE TE SUIVRE, FAIS-LUI GOÛTER LA FORTUNE, LA LONGEVITÉ…– 2008  Acrylique sur toile 125 x 190 cm
B100 – SCEAU DE TALMI-TESHUB ROI DE KARKEMISH, FILS D’INI-TESHUB ! Acrylique sur toile 125 x 190 cm.
B101 - L’ARBRE DE VIE DANS SON JARDIN BABYLONIEN - Acrylique sur toile 125 x 190 cm - 2008
B102 - QUAND UN ROI SUMERIEN RENCONTRE SON DIEU ET SA DÉESSE -  Acrylique sur toile 125 X 150 cm.- 2008.
B103 - SCEAU DE TARIBA ISHTAR , QUICONQUE PORTERA CE SCEAU RESTERA  EN BONNE SANTE…- 2009 - Acrylique sur toile 125 x 190 cm
B104 - ADDA LE SCRIBE – Acrylique sur toile 125 x 190 cm – 2009.
B106 - QUAND UNE REINE NUE SOLLICITE L’INTERCESSION D’UN DIEU    INFERIEUR   AUPRES D’UN DIEU MAJEUR – 2009 - Acrylique sur toile – 125 x 150cm.
B109 - QUAND LES DIEUX ETAIENT DES HOMMES… 2009 - Acrylique 125 x 190 cm.
B111 – QUAND UNE BALINAISE  EMBARQUE AVEC BENU L’OISEAU SACRÉ -2009 - Acrylique sur toile 127 x 85 cm - Châssis cintré.
M139 – In hoc signo vinces - 2010.  /Acrylique sur toile 80 x 110 cm / MINOEN   / « Par ce signe tu vaincras ». Cette centauresse minoenne a peut-être vécu il y a plus de 5000 ans, soit 300 ans avant la véritable apparition de la civilisation minoenne ?

Présentation

Je dirai quelque jour vos naissances latentes
A noir : violence, guerre, mort, tombeau, histoires.
B rouge : érotisme, sexe, amour, vie, mythologies.
C jaune : musique, courbe, paix, symbole, astres.
D bleu : langage, empreinte, poisson, Dieux.
Je décline les couleurs dans une correspondance avec les images et les écritures originelles pour retrouver une infime histoire du passé dans laquelle mon monogramme aurait toujours été présent tel un archétype. Ce renouveau depuis quelques années, j’ai essayé de le révéler parce que les Dieux sont venus un jour à ma rencontre ! Ils daignèrent me présenter leurs messagers en héros accompagnés de leurs sphinx : Qu’ils me pardonnent si j’ose les citer dans la joie de mon cœur, même si je ne mets nulle mauvaise honte à leur demander grâce. Si j’essaye de faire renaître par mes légendes, quelques bribes d’une connaissance perdue, et en vérité immortelle et sacrée, je le dois uniquement aux travaux de fort nombreux archéologues et historiens existants ou disparus auxquels j’ai emprunté par-ci, par-là quelques bribes. Je ne fais point vanité de mon ouvrage. Dussé-je de toute ma vie ne rien produire de bon et de beau, je n’en sentirai pas moins une joie réelle et profonde à goûter ce que je reconnais et ce que j’admire de beau et de grand chez d’autres, eussent-ils été étrusques, crétois, assyriens ou sumériens.

Philhelm