Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Yang Fudong


Yang Fudong,
photographe et vidéaste expérimental

Présentées à la Biennale de Venise, à la Documenta 11 de Kassel, à l'Espace Pierre-Cardin de Paris et au MoMA de New York, les vidéos de Yang Fudong lui valent déjà une notoriété internationale. Le travail de cet artiste né en 1971 interroge une culture en pleine transition.


Chang yung jo, Wang jian wei, Yang fudong,
camera

Camera est le fruit d'une collaboration entre l'architecte Chang Yung Ho, le vidéaste Yang Fudong et l'artiste multimédia Wang Jian Wei deux des artistes contemporains chinois les plus importants. Au travers du rapport de l'architecture et de la vidéo, l’exposition du MAMVP voudrait encourager le spectateur à expérimenter de nouvelles formes de présentation de l'image dans l'espace. Se fondant sur la métaphore de la “ camera ” en tant que chambre ou appareil, Chang Yung Ho a conçu quatre modules architecturaux, salles de projection, dans lesquelles les visiteurs regardent et sont regardés. À chaque espace correspond une marque d'appareil photographique -Polaroid, Leica, Nikon, et Seagull- faisant ainsi référence à différentes zones géographiques - respectivement les Etats-Unis, l'Allemagne, le Japon et la Chine. Pour chaque module, l'architecte a travaillé avec des matériaux différents : la tôle pour Leica, le plexiglas transparent pour Polaroid, le bois, le métal et les miroirs pour Nikon et le papier de riz pour Seagull. Les œuvres vidéo inédites de Yang Fudong et Wang Jian Wei ont été conçues spécialement pour les modules dans lesquels elles sont projetées. Ces deux artistes vivant à Shangaï et à Pékin, s'inspirent des transformations de la société chinoise contemporaine. Square (DV, 13') et Theater (DV, 20') de Wang Jei Wei illustrent les effets de ces changements dans l'espace public, espace collectif et anonyme. Yang Fudong dans Liu Lan (35 mm, 10') et Honey (DV, 8') pose la question de l'identité par le biais d'une narration sensible et intime. Le catalogue d’exposition, véritable livre d’artiste, présentera leur travail autour d’un plot rectangulaire central, traversant l’ensemble de l’ouvrage, véritable fenêtre sur ces œuvres symbolisant tout à la fois le lien entre ces créateurs, le viseur de la caméra et le regard du lecteur. Entretiens avec Hans-Ulrich Obrist. Textes de Hou Hanru, Laurent Gutierrez, Valérie Portefaix, Michel Nuridsany, Charles Merewether.

» disponible chez Amazon

Yang Fudong et les territoires de l'illusion

par Jean-Paul Gavard-Perret

 

courtoisie Shanghart Gallery D
e quoi les photographies de Yang Fudong portent-elles la trace?
D’amours ou de son illusion, de distinction et du vide qu’elle cache ? Le tout s’en doute avec parfois une pointe d’humour, un clin d’œil du photographe qui met à mal ce qu’il feint de mettre en exergue. Derrière des cibachromes policés, impeccables, en des vues d’ensemble (portraits de groupes par exemple) où tout semble cadrer il existe toujours un décrochage programmé. Tout cela est trop « clean », trop poli pour être honnête semble dire-montrer celui qui apparaît déjà comme un des artistes les plus critiques sur les nouvelles donnes que proposent l’économie chinoise. Derrière la gravité des protagonistes, de ses personnages surgit un jeu à la fois de trompe l’œil et de théâtralisation poussée. Nous pénétrons sans nous en rendre compte de prime abord dans une photographie sous et de haute tension. Le moindre visage, le moindre geste « sent » volontairement la pose. Au sens premier se superpose en filigrane un propos autrement subversif. Yang Fudong ruine le thesaurus, écarte le pensum du portrait afin d’en découvrir ce qui en fait l’essence afin de s’introduire en douceur jusqu’au cœur de la réalité capitaliste nouvelles.

L’artiste nous présente tout sauf des “ clichés ” à savoir des sortes d’assignats inutilisable parce qu’ils ne savent pas qui ou quoi ils regardent et ni même pourquoi ou encore s'ils possèdent encore une valeur. A l’inverse chez lui pas de réminiscences enjolivées ou de lendemains enchanteurs. L’art photographique ne se limite pas à une chasse aux papillons, à la capture d’un champ de tournesols un matin de juillet ou à la découverte émerveillées des seins d’une jeune femme à l’âge des premiers émois et des premières richesses sonnantes et trébuchantes. Yang Fudong est a l’opposé du pittoresque ou de l’anecdotique. Il sait repérer ce qui dans le décor même annonce son revers. Il donne au monde chinois nouveau une profondeur particulière.
Fidèle entomologiste il montre déjà les enfantillages et la vacuité d’une société qui brille de feux illusoires. Derrière ses figurations le photographe annonce déjà l’individualisme et la solitude qui risquent de saisir une société prise dans l’ivresse de la puissance et de la richesse. Bref le créateur devient l’anticipateur de choses déjà vues ailleurs mais qu’il « postmodernise ».

La photographie fait parler le langage implicite par ce qu’elle expose explicitement et qui s’offre à la prise et son étreinte. Yang Fudong perçoit déjà des relents d’asphyxie là où pourtant tout brille. Est atteint un travail qui joue sur le temps avec une “ langue ” qui renvoie à celle de Man Ray, s’essaye au défrichage autant qu’au déchiffrement par la ruse. C’est à à ce titre que la photographie garde ici une vocation fabuleuse : celle de faire reculer le chant des certitudes, de mettre une grâce dans les pesanteurs et une pesanteur dans la grâce ou ce qui est donné pour tel. Dans de telles épreuves (magnifiques) vient “ s’échouer ” le monde. En jaillit derrière la sophistication de façade une imagerie primitive et sourde. Telle est l’ubiquité que les photographies de Yang Fudong portent en elles, portent jusqu’à nous.

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

Extrait de "7 intellectuals in the bamboo forest"
vidéo de Yang Fudong - courtoisie Shanghart Gallery

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.