Artistes de référence - Les chroniques de Jean-Paul Gavard-Perret

Françoise Bonnet

Mirondella,  
galerie d’art en ligne

;

Expostions thématiques
chaque trimestre:
http://www.arts-up.info/exposition.htm

Exposition permanente 
http://www.arts-up.info/cimaises.htm

    Candidatures  à
 info@arts-up.info


Françoise Bonnet

françoise bonnet

Françoise Bonnet : voir aussi Galerie de Lans



LES FESTINS DE BABETTE
FRANÇOISE BONNET : L’ECORCE ET LA PEAU

par Jean-Paul Gavard-Perret

 

françoise bonnetPar effet de surface, au-dedans d'un ventre et au-dessus du vide, par l’intercession de ses gravures Françoise Bonnet tente le saut dans l’impossible.  Demeure le nécessaire transfert d’un corps à l’autre, de celui de l'artiste à celui de  ces arpents, ces lambeaux qui hurlent lorsque le silence se fait

Il n'existe pas de ciel dans son œuvre. Ne demeurent que l’écorce et la peau tatouées sous l’effet de la gravure. Celle-ci permet de révéler l'obscur noyau d'un secret dont on ne saura rien sinon  quelques indices. Un tel travail remet l’être en cause puisque le plus profond en lui - comme en l’arbre l’écorce - c’est sa peau.

Françoise Bonnet met depuis l’immense masse de silence de sa maison qui surplombe Chambéry et le Lac du Bourget en demeure l’éclosion d’un secret.  Mais elle n’en donne que des stigmates. Il faut donc  laisser parler la surface à l'extrémité de la création. Elle montre ce que les mots repoussent. Impossible de penser l’homme sans s’arrêter à sa peau, impossible de penser l’arbre sans penser son écorce surtout lorsque toutes les deux sont enfance  blessée, incisée, privée de repères.

Surgissent aussi des ossatures fragiles dans la marée du blanc. Le voyeur se retrouve dans l’attente d’un ailleurs perpétuel, dans l’envie panique de se sauver tant de telles structures  rendent opaques la parole mais lui offre aussi une possibilité, un « champ ».  On y cherche la voix. Même si dans l’air trop de paroles s’effilochent, traînent et flottent. Mais soudain tout est possible, encore.

Se cherche  aussi la voie qu’on n’a jamais trouvée. Trop de distance ou de proximité.  Pas assez d’enfance. Sans doute est-ce de ce côté qu’il faut chercher l’image de qui nous sommes et que Françoise Bonnet nous tend. La densité de ses images tient à leur capacité à fixer l’éphémère.

Il y a là l’espace clos et ouvert. Nous savons enfin que nous nous respirons. Nous sommes  matière du souffle avant que poussière dans l’avènement de la pensée à venir  en un retour archaïque aux premiers âges de la vie qui construit.

Quelque chose de latent remonte. Les paysages du corps changent. Ce n’est pas pour autant une vague d’incertitude qui se lève. Simplement  Françoise Bonnet rappelle que le monde n’est pas ce qu’on croit. Il faut caresser ses frontières pour voir ce que « ça » cache vraiment.

Du plus éphémère de l’enfance et du plus douloureux peut-être l’artiste aura fait le plus grand rempart. Elle atteint l’articulation première, le point où l’existence ne se diviserait plus. Il y a une peau d’âme à remplir de l’ardeur d’un désir à peine esquivé.  C’est le moyen de guérir  du passé comme le jour tente de guérir la plaie de la nuit  En une étrange incandescence froide que ne trouble aucun bruit ce qui nous hante sourdement se montre en s’effaçant. Cette rencontre est désirable pour certains. Nécessaire pour tous.

 

Jean-Paul Gavard-Perret
Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul Gavard-Perret est maître de conférence en communication à l´Université de Savoie. Il poursuit une réflexion littéraire ponctuée déjà d'une vingtaine d'ouvrages et collabore à plusieurs revues.

Fnac_expos2_728.gif